Formation anglais entreprise : Quel niveau pour vos collaborateurs ?

Un commentaire
Formation anglais entreprise : Quel niveau pour vos collaborateurs ?

Selon une étude officielle près de 9 entreprises sur 10 déclaraient récemment avoir prévu pour leurs collaborateurs des formations en langues étrangères dont la plupart sont des formations d’anglais professionnel. Et pour cause, les chiffres parlent d’eux même et prouvent qu’à la sortie des études supérieures, 1 français sur 2 ne présente pas un niveau d’anglais général professionnel acceptable pour évoluer sur un poste en environnement international.

Face à la réalité du marché les entreprises recherchent aujourd’hui des profils multi linguistes  et dépensent parfois des sommes colossales dans la remise à niveau de leurs collaborateurs. Les aptitudes linguistiques d’un candidat à l’embauche sont d’ailleurs souvent testées lors des entretiens de recrutement. Maintenant qu’elles soient à l’initiative de l’entreprise (par exemple dans le cadre d’une formation d’anglais en DIF) ou à l’initiative du salarié à l’aide de cours particuliers d’anglais la question que tout bon manager est amené à se poser : quel niveau d’anglais demander à ses collaborateurs ?

La nécessité d’un pré requis est cruciale pour les postes à fort enjeu et se contenter d’une mention « lu, parlé, écrit » sur un CV ne peut être suffisant. En effet des collaborateurs n’ayant pas les compétences minimales sur ce type de poste, peut se révéler néfaste pour la société. Il s’agit entre autre des secteurs du transport, du tourisme, de la banque et finance, des services…, pour lesquels il n’est tout simplement plus envisageable de se contenter uniquement de niveaux déclaratifs. Pour les postes à fort enjeu il est désormais indispensable de demander un niveau minimum, attesté par des méthodes d’évaluation fiables (les examens TOEIC et TOEFL sont bien reconnus des entreprises) en deçà duquel le candidat ne sera pas retenu ou sélectionné.

Attention tout de même à ne pas créer l’effet inverse en mettant la barre trop haute. Un niveau d’exigence trop élevé et en décalage par rapport au niveau réel de la majorité des candidats s’avérera dissuasif, car il privera l’entreprise de personnes compétentes dont le niveau d’anglais professionnel aurait pu suffire. Certains candidats préfèreront même ne pas postuler. De même, fixer un objectif linguistique trop élevé et pour finir inaccessible à un collaborateur lors d’une formation d’anglais en entreprise, peut le décourager et s’avérer contre productif,  à l’issue de quoi il finira par se démotiver voir abandonner la formation.

Retrouvez toutes les informations sur la formation linguistique professionnelle sur ADomLingua

A propos de l'auteur

Olivier Haquet
Olivier est le dirigeant et fondateur d'ADomLingua, société spécialisée dans le domaine des langues. Groupe fondé il y a 10 ans avec une orientation résolument qualitative et une offre en formation linguistique de plus en plus variée. Avant tout entrepreneur et de culture internationale, Olivier a, après un début de carrière aux USA , eté associé à différents projets et startups.

Back to Top

Lire les articles précédents :
Carrière internationale et apprentissage linguistique

La langue est souvent une barrière à la mobilité de carrière internationale. La prédominance de l’anglais dans l’environnement professionnel n’est...

Fermer